Des mini-blouses réalisées par la pastorale des migrants

Lors du premier confinement, avec l’association et les bénévoles d’Over the blues, la pastorale des migrants avait participé à la confection de 1500 surblouses pour le personnel hospitalier et le personnel des EPAHD. Cette belle action a notamment pu voir le jour grâce au Lions Club qui avait offert quatre machines à coudre à la pastorale. À la sortie du confinement, personne ne souhaitait s’arrêter en si bon chemin.

C’est à l’initiative de Lora, venue d’Irak, dont les deux enfants sont scolarisés à l’école maternelle, que le petit atelier couture a repris forme à partir du mois de juin et jusqu’au deuxième confinement. L’objectif : confectionner 70 mini-blouses utiles aux petits écoliers pour leurs activités manuelles. Ainsi, équipées de masques fait maison par Sana, Halima et Shamsa, les petites mains ont repris du service.

Ceux et celles qui avaient appris à couper, ont alors appris à piquer à la machine sous l’œil expert des spécialistes qui s’étaient illustrés du temps du confinement. Coupe, repassage, couture mais aussi discussion en français et convivialité étaient de mise. Ainsi, ceux qui n’avaient pas participé au premier atelier ont répondu présent, regrettant d’être restés isolés et de ne pas avoir pu apporter leur aide, leur énergie et leurs compétences. Cette atelier a, par exemple, permis à Kunsang de raccourcir sa tenue d’aide-soignante qu’elle arbore désormais pour sa nouvelle formation.

Le confinement a repris… si la convivialité s’est un peu envolée, le lien n’est pas rompu et le prêt des machines à coudre au domicile a permis d’apporter, au retour des vacances de la Toussaint, le fruit du travail de chacun.

Ce qui est bon, c’est de créer des processus de rencontre, des processus qui bâtissent un peuple capable d’accueillir les différences. Outillons nos enfants des armes du dialogue ! Enseignons-leur le bon combat de la rencontre !” (Pape François, Fratelli Tutti)