Assemblée plénière des évêques de France du 3 au 8 novembre 2020

Du 3 au 8 novembre 2020, les évêques de France se retrouvent pour une Assemblée plénière. Habituellement réunis deux fois par an, en mars et en novembre à Lourdes, ils suivent cette session de travail et de réflexion commune intégralement en visioconférence, chacun depuis son diocèse, à cause du confinement. Chaque jour, entre 15h30 et 16h, ils se joindront à la prière du chapelet de Lourdes et proposeront une méditation particulière.

Les deux premières journées étaient dédiées à l’écologie intégrale est plus particulièrement à un travail autour du thème Cultivons la terre et se nourrir. Comme l’an passé, les évêques étaient accompagnés de personnes de leur diocèse avec qui ils ont pu écouter plusieurs intervenants :

    • Régis Dubourg, directeur général chez Chambres d’agriculture, a présenté le paysage agricole français.
    • Aurélien Gontier, agriculteur.
    • Christiane Lambert, présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles, a évoqué les chemins à tracer entre politiques européennes et nationales, contraintes économiques et prise en compte de l’urgence écologique.
    • Dominique Potier, député de Meurthe-et-Moselle.
    • P. François Euvé, jésuite, a proposé un parcours biblique, allant de la Genèse à l’Apocalypse, permettant de donner un ancrage dans la tradition biblique sur ce thème de l’écologie intégrale.

Chacun d’eux a pu témoigner de ce que pouvait être l’agriculture aujourd’hui et des perspectives à espérer dans ce domaine et dans la manière de se nourrir.

Les participants on ensuite pu prendre part à un temps de réflexion autour du thème Territoire et société, travaillé pendant deux ans par un groupe présidé par Mgr Le Boulc’h, évêque de Coutances. Ce temps a été marqué par l’introduction de Mgr Le Boulc’h puis par six forums dans lesquels les évêques se sont répartis pour notamment aborder trois points :

      • l’itinérance missionnaire
      • la fraternité missionnaire
      • la participation des fidèles laïcs dans la prise en charge des réalités pastorales

Le groupe de travail a ainsi eu à cœur de proposer une réflexion concrète sur l’enjeu de l’évangélisation dans nos territoires à partir de la géographie de l’Église qui peut être problématique dans beaucoup d’endroits.

L’objectif de ces deux premières journées était que les témoignages entendus puissent enraciner de façon plus concrète le souci de l’écologie intégrale dans les diocèses (dans les pastorales et les manières de vivre sa foi).

Un point d’étape dans la lutte contre la pédophilie

Les évêques ont consacré leur journée du jeudi 5 novembre à la lutte contre la pédophilie dans l’Église.

Après un retour des quatre groupes de travail qu’ils ont lancés en novembre 2018 (prévention, mémoire, accompagnement des auteurs et finances), Mgr Dominique Blanchet, évêque de Belfort-Montbéliard et vice-Président de la CEF, a présenté aux évêques le troisième rapport faisant état de la lutte contre les abus dans l’Église.

Pour la troisième fois (janvier 2017, point d’étape, et octobre 2018), la Conférence des évêques de France publie un rapport sur ses actions de lutte et de prévention contre la pédophilie dans l’Église en France, à partir des données fournies par les diocèses.

Ce troisième rapport donne une vision précise de la situation sur les deux dernières années (2018 à 2020) en présentant une mise à jour des chiffres de l’enquête réalisée en 2018 (partie I) puis en donnant des repères sur les actions menées (partie II) tant au niveau local, que national et au plan de l’Église universelle.

Ce rapport, qui collecte les données auprès des diocèses de France, s’intègre dans le travail global que l’Église en France a accentué depuis 2016. Pour être efficace et durable, ce travail vise à intégrer l’ensemble des fidèles catholiques et porte sur les différentes dimensions de cette lutte. “Il est impossible d’imaginer une conversion de l’agir ecclésial sans la participation active de toutes les composantes du peuple de Dieu” (lettre du pape François au Peuple de Dieu, août 2018).

L’Église catholique a pris conscience que la place des personnes victimes, qui passe par le travail avec elles et par la prise en compte de leur parole, est essentielle dans la démarche engagée.

Téléchargez le rapport sur la lutte contre la pédophilie dans l’Église : Rapport-2020- pedophilie

L’avenir de la formation des séminaires et les finances

Vendredi matin, l’Assemblée plénière a plus particulièrement travaillé sur la ratio nationalis qui est la règle nationale qui sera adoptée pour permettre aux séminaires de former les prêtres aux exigences de notre temps. Celle-ci aborde différentes questions : des questions pédagogiques, des questions autour de la formation théologique, la question de la durée, mais aussi la question importante de la maturité, qui doit être acquise pendant ces années de formation, et celle de la formation permanente qui va continuer après le séminaire. Les évêques veulent prendre le temps d’un texte qui soit efficace et utile et qui soit une déclinaison la plus juste possible du texte romain (ratio fondamentalis) adopté il y a trois ans. C’est une question importante puisqu’elle concerne les futurs prêtre de notre Église.

L’après-midi de vendredi a plutôt été consacrée à la question des finances grâce à une présentation des comptes et finances de l’UADF (Union des associations diocésaines de France). Les évêques ont pu prendre connaissance des l’état des finances des diocèses et de la CEF elle-même. Il a notamment été question des ressources fragilisées par le confinement.

Samedi matin, les évêques ont décidé, par vote, la tenue d’une Assemblée plénière extraordinaire du 22 au 24 février 2021 afin d’approfondir les questions théologiques, notamment celle de la responsabilité , et leurs implications pastorales. Ils se sont aussi engagés à prendre des mesures définitives à l’Assemblée plénière de mars 2021 ; mesures qui seront évaluées après 5 ans de mise en œuvre.

Les nouveaux statuts canoniques du sanctuaire de Lourdes, l’érigeant en sanctuaire national, ont été adoptés par l’Assemblée plénière.

Samedi, les évêques ont également publié l’interpellation Pas de vraie liberté sans fraternité ni respect. Tout en réaffirmant que la liberté d’expression est une valeur fondamentale de notre société, ils ont ainsi voulu rappelé que c’est la fraternité qui nous permet de vivre ensemble, reliés, attentifs les uns aux autres, respectueux les uns des autres.

Lire l’interpellation Pas de vraie liberté sans fraternité ni respect.

Enfin, dimanche, Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de la CEF, a conclu cette Assemblée plénière automnale 2020. Son discours a été suivi par une messe télévisée qu’il a présidé en direct, à 11h, des studios de l’émission Le Jour du Seigneur, sur France 2.

Discours de clôture de l’Assemblée plénière de novembre 2020 :