Homélie de Pâques de Mgr Lagleize

Retrouvez l’homélie de la messe du dimanche de Pâques, prononcée par Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz, lors de la célébration eucharistique organisée dans la chapelle Sainte-Glossinde, à l’évêché, et diffusée par RCF Jerico Moselle et les médias diocésains.

Chers amis,

Que vivent les disciples depuis l’arrestation de Jésus ? Ils sont confinés, confinés parce qu’ils ont peur. Ils n’ont pas peur d’un virus, ils ont peur d’être arrêtés à leur tour. Et Jésus, depuis vendredi soir jusqu’à l’aube de ce jour : il est confiné dans un tombeau. Voici l’aube de Pâques. Fini le confinement pour Jésus. La pierre du tombeau est roulée, l’entrée et la sortie sont libres ; le linceul, les linges n’enveloppent plus le cadavre. Demeure une interrogation : où est-il ?

Voici l’aube de Pâques et au questionnement de Marie Madeleine, Pierre et Jean quittent leur confinement pour se rendre au tombeau afin de constater ce que Madeleine leur a annoncé. Que découvrent ils ? un tombeau vide et là jaillit la foi : il vit et il crut. Au matin de Pâques jaillit l’acte de foi qui aujourd’hui encore anime les chrétiens. Oui Jésus est ressuscité d’entre les morts, Il est vivant aujourd’hui, Il est présent à nos côtés dans les heures joyeuses comme dans les heures difficiles de nos existences.

Cet acte de foi, les disciples animés par l’Esprit saint n’auront de cesse de le proclamer. Pierre au jour de la Pentecôte à Jérusalem ; Pierre chez ce centurion de l’armée romaine « Jésus, Dieu l’a ressuscité d’entre les morts ». Cet acte de foi, les catéchumènes de cette année 2020 attendaient de le proclamer avec ferveur et impatience. Mais voici que le confinement imposé par la pandémie vous interdit de le célébrer. Frères et sœurs catéchumènes, je désire vous témoigner de ma proximité en cette fête de Pâques et sachez que toute l’Eglise du Christ vous porte dans sa prière, nous sommes en communion les uns avec les autres. Les conditions dans lesquelles nous vivons Pâques cette année nous invite à contempler la résurrection du Christ Jésus comme une libération, une délivrance. L’art nous soutient pour cette contemplation. L’iconographie occidentale présente souvent la résurrection du Christ comme la victoire glorieuse d’un homme seul. L’iconographie orientale présente la résurrection du Seigneur comme la délivrance des hommes et des femmes que la mort retenait captifs.

La résurrection du Christ nous libère de la mort, elle ouvre un avenir, une espérance inouïe. La résurrection du Christ affirme que le mal et la mort sont vaincus. Ainsi les disciples du Christ sont invités à demeurer en ce monde les témoins, les porteurs de cette espérance inouïe et ce par-delà le mal, les épidémies, les famines, les guerres, les deuils qui rôdent encore en nous et autour de nous. La résurrection du Christ n’est pas un acte personnel pour Jésus, elle est un acte collectif. Le Christ assume en Lui toute l’humanité, ainsi toutes les actions de solidarité, d’entraide, de soins perpétuent cette dynamique de vie qui jaillit du tombeau le matin de Pâques. La résurrection du Christ préfigure notre propre résurrection, nous ne sommes pas créés pour la mort mais pour la vie. Nous désirons, en cette fête de la résurrection, assurer de notre prière et de notre amitié toutes les familles endeuillées ces dernières semaines. Familles qui n’ont pas eu la possibilité d’accompagner leur défunt avec les rites qui honorent et respectent pleinement le deuil.

Frères et sœurs, la puissance vitale qui jaillit par la résurrection du Christ est source jaillissante en chacun de nous, même en étant confinés. Cette puissance vitale nous fortifie, car nous sommes invités, comme nous le rappelle la thématique de notre Jubilé, à demeurer : « Disciples du Christ, missionnaires de sa Lumière ». Amen, alléluia.

+ Jean-Christophe Lagleize, Evêque de Metz