Chant grégorien et cathédrale mis à l’honneur à Metz

Du 6 au 8 mars 2020, dans le cadre du jubilé des 800 ans de la cathédrale, se sont tenues les journées de la musique ancienne. Elles ont permis de mettre en valeur les liens entre la cathédrale et la naissance du chant messin. Grâce à la collaboration du Conservatoire de Metz, de la Cité musicale, de l’INECC-Mission Voix Lorraine et de la Maîtrise de la cathédrale, un programme riche a pu être proposé lors de ces deux journée : pratique du chant grégorien en atelier, concert et célébrations liturgiques.

Durant le week-end, trois conférences ont été données à l’église Saint-Pierre aux Nonnains pour restituer l’histoire du chant messin et son évolution. La première conférence a été assurée par Marie-Reine Demollière. Dominique Gatté, quant à lui, a fait une présentation de la notation musicale dite notation lotharingienne à partir des différents manuscrits retrouvés en divers lieux de France et d’Europe.

Enfin, Océane Boudeau a présenté quelques spécificités de la pratique liturgique à la cathédrale de Metz au 12ème et 13ème siècle, notamment lors de certaines fêtes où le chant était enrichi.

En prélude à ces exposés, le vendredi soir, Anne Adrian et Virgine Trimbur avait donné une conférence à deux voix au Grenier de Chèvremont sur la question des chancels et le lien entre aménagement liturgique et pratique du chant, notamment à la cathédrale de Metz.

Ces journées d’études ont donné la part belle à la pratique musicale, avec le samedi après-midi un atelier de chant grégorien, organisé à l’INECC avec Marie-Reine Demollière, une master-class de Dominique Vellard le dimanche matin, mais surtout une mise à la disposition du public à travers concerts et liturgies.

Le samedi soir, l’ensemble Gilles Binchois sous la direction de Dominique Vellard, a proposé un concert sur « Perotin et l’école de Notre-Dame » à l’église Saint-Pierre aux Nonnains, permettant d’entendre différents conduits, motets, rondes issus de cette école, avec 1, 2, 3 ou 4 voix d’hommes, ainsi que des pièces pour le répertoire des moniales.

Les plus courageux se sont levés avant le soleil pour écouter ou prier l’office des matines à 6h dans la cathédrale Saint-Étienne, avec la Maîtrise et des chanteuses de l’ensemble vocal Lux Cantus (dir. Olga Roudakova). Les membres de la Maîtrise ont chanté la messe dominicale de 11h30 en chant grégorien.

Enfin, en clôture de ces journées, un concert-conférence Lumières médiévales de l’ensemble vocal féminin Lux Cantus (chœur grégorien de Paris) a été donné sous la direction d’Olga Roudakova, avec les introductions pédagogiques et historiques de la musicologue belge Alicia Scarcez. À travers quatre tableaux évoquant des périodes liturgiques de la fête de la Saint-Étienne jusqu’à la fête de Pâques, les choristes ont interprété des extraits des offices et des psaumes du XIIIème siècle, en utilisant les différents espaces de la cathédrale. Le premier tableau évoqua les origines du chant messin et de la cathédrale Saint-Étienne, le second l’office de nuit de la Septuagésime. Le troisième tableau évoqua le carême et la Semaine sainte, tandis que le dernier la fête de Pâques. Une bien belle conclusion de ces journées sur le chant grégorien à la cathédrale de Metz, avec huit voix féminines, en cette journée mondiale des femmes !

[/vc_row]