Conférence “Enjeux du dialogue interreligieux pour l’islam”

Ce dimanche 2 février 2020, dans le cadre des festivités autour des 800 ans de la cathédrale Saint-Étienne, s’est tenu le deuxième rendez-vous du cycle de conférences autour du thème “Les religions en dialogue : un atout pour la construction humaine”. Lors de cette conférence organisée à l’Hôtel de ville de Metz, Rachid Benzine, islamologue, s’est exprimé sur “les enjeux du dialogue interreligieux pour l’islam”.

Avant l’intervention de l’islamologue, le Maire de Metz, l’abbé Robert Scholtus, l’organisateur de ce cycle de conférences, et  l’abbé Jean Corso, délégué épiscopal au dialogue islam-catholique, ont souligné l’importance de ce dialogue. Dans l’introduction de sa conférence, Rachid Benzine a également invité les participants à réfléchir ensemble sur les conditions de ce dialogue.
L’islamologue est ensuite parti des différentes représentations faîtes sur l’islam, qui selon lui “est trop chargé de représentations, et de croyances”. Il invite à ce que l’on ne réduise pas l’autre juste par sa confession : “Réduire les gens par rapport à leur identité religieuse est très dangereux”. Pour lui, il faut étudier plusieurs dimensions (théologique, politique) pour éviter cette réduction.

En outre, Rachid Benzine a parlé de la crise de culture dont l’islam est confronté actuellement. Il a parlé des crises de valeurs, mais aussi des problèmes d’interprétation et d’adaptation, dans l’espace et dans le temps, des saintes écritures. Cette crise de la culture touche aussi le problème de la transmission car selon le conférencier, “on ne peut pas rien transmettre si l’on n’a pas de culture religieuse”. C’est pourquoi, il propose aux musulmans de transmettre à leurs enfants ceux qu’ils ont reçu, tout en leur donnant la capacité de critiquer cela.

Rachid Benzine a aussi rappelé que malgré nos divergences, nous devons poursuivre le dialogue interreligieux. Toutefois, il précise que si le religieux veut s’imposer dans une société comme la nôtre, cela devient problématique.

Après son discours il s’en est suivi un temps de questions-réponses et ce fut l’occasion pour le conférencier de parler des liens entre les trois religions monothéistes. Selon lui, pour que ces trois religions puissent atteindre un œcuménisme dépassant les conflits, il faut quitter l’idée de la “vérité exclusive” (qui peut être violente), tout en mettant au centre le principe de liberté. “Le travail que nous devons faire c’est prendre en compte l’autre”.  Rachid Benzine a aussi donné son avis sur l’enseignement de la religion à l’école dont il est partisan.

Pour conclure, l’abbé Robert Scholtus a remercié les participants et les a invités la prochaine conférence qui aura lieu le 1er mars 2020, autour du thème : “Et si les religions écoutaient les femmes”.