Une messe des peuples pour l’épiphanie à la cathédrale

Dimanche 5 décembre 2020, à l’occasion de la fête de l’Épiphanie, le Service diocésain de la Coopération missionnaire et de la Mission universelle a organisé une messe des peuples à la cathédrale Saint-Étienne de Metz, à laquelle des fidèles de différentes communautés ethniques ont pu participer. Africains, Polonais, Wallisiens, Anglais et Français ont participé à l’animation liturgique de la célébration présidée par le chanoine Bernard Schwarz.

Les mages venant rendre un culte au roi qui vient de naître sont traditionnellement représenté par trois personnages d’origines différentes. C’est pourquoi, la fête de l’épiphanie est un moment privilégié pour mettre en lumière la diversité du peuple de Dieu, à travers ses différentes manières de célébrer leur foi au Christ.

Pour signifier cela, le Service de la Mission universelle a souhaité prendre sa part dans l’année jubilaire avec cette messe des peuples. Dès la procession d’entrée, une délégation de 12 personnes s’est avancé avec les servants d’autel et les célébrants. Un globe-terrestre entouré de 5 bougies représentait les 5 continents et au pied de l’autel des offrandes des mages : de l’encens, de l’or et de la myrrhe.

Les intentions de pardon, de même que celles de la prière universelle ont été dite en différentes langues, par les représentants des communautés rassemblées. La procession des offrandes fut enrichie par le chant de la chorale Roméo renaissance, avec une procession des offrandes traditionnelle en Afrique avec une danse pour apporter fruits, fleurs, cruches etc.

Dans son homélie, le chanoine Bernard Schwarz a notamment commenté l’évangile de la venue des mages : « Comme les mages ont eu une étoile, nous avons eu chacun notre étoile pour nous conduire au Seigneur. Notre étoile, il ne faut pas en parler au passé. Elle se manifeste encore aujourd’hui pour nous ouvrir le chemin de la foi. »

Ecouter l’homélie du Chanoine Bernard Schwarz

C’est un cantique polonais qui a été proposé pour la communion, tandis qu’en sortie, la maîtrise de la cathédrale a repris le chant diocésain du jubilé  » missionnaire de sa lumière ».