Journées de l’enfance missionnaire à Sarrebourg et Vrémy

L’Enfance Missionnaire a organisé deux rencontres :  le  2 mars 2019 à St Jean de Bassel et le 30 mars 2019 à Vrémy pour découvrir comment être disciples missionnaires, comme le furent le bienheureux Jean Martin Moyë et saint Paul Chen.

Qui est le bienheureux Jean Martin Moyë (1730 – 1793) ?

Prêtre du diocèse de Metz, Jean Martin Moyë est touché par la pauvreté et l’ignorance des petites filles des campagnes de son époque. Il envoie des jeunes femmes auprès des enfants et des gens de la campagne, non seulement pour faire l’école, mais aussi pour faire connaître Jésus.

Le cœur brûlant de faire connaître la Bonne Nouvelle de l’Evangile, Jean Martin veut être missionnaire au loin. Il part en Chine. Là aussi il est touché par la pauvreté et l’ignorance des gens de la campagne. Il fonde une famille de religieuses pour faire connaître et aimer Jésus, en particulier aux enfants, leur apprendre à prier ; Jean Martin Moyë a même composé des prières pour eux. Il voit mourir beaucoup de petits enfants. Comme en France il mène campagne pour le baptême des tout-petits, petits anges. Il fonde ainsi « L’Œuvre Angélique », une réelle nécessité en Chine à cette époque.

Par cette « Œuvre Angélique » pour le baptême des enfants, le Père Jean Martin Moyë a semé — sans le savoir — la petite graine qui, cultivée par un autre grand apôtre. Monseigneur de Forbin-Janson, deviendra l’Œuvre Pontificale de la Sainte Enfance, aujourd’hui, Enfance missionnaire.

Cette œuvre, on le sait, veut que les petits enfants abandonnés ou même menacés de mort dans leur pays, soient protégés et découvrent Jésus avec leurs frères et sœurs catholiques du monde entier.

Qui est saint Paul Chen ?

Paul Chen (Chen Changpin) est né le 11 avril 1838 à Sintchen dans la province chinoise du Kouy-tcheou (Guizhou). Sa famille n’est pas chrétienne. Il est instruit grâce à la Sainte-Enfance et est admis au petit séminaire en 1853 où il est baptisé et confirmé le jour de Noël de cette même année. Il fait sa première communion en 1854. Doux et paisible de caractère, il travaille assidûment.

Il est admis au Séminaire, apprend le métier de menuisier, étudie avec passion le latin et la théologie et rêve de devenir prêtre. Paul Chen (1838 – 1861) est l’un des enfants scolarisés par l’Œuvre de la Sainte-Enfance, aujourd’hui appelée Enfance Missionnaire. Il aime la prière, les jeux, les chants, et a appris l’Évangile par cœur. Il reçoit le baptême et décide de devenir missionnaire comme le père Louis Faurie, son maître de catéchisme.

En 1857 son père lui demande de rentrer chez lui mais il refuse énergiquement car sa vocation est solide. En 1860 il entre au grand séminaire de Tsin-gay. La persécution contre les catholiques brise son rêve le 29 juillet 1861 où il est décapité avec un autre séminariste Joseph Tchang, un chrétien Jean-Baptiste Lô et Marthe Wang, la cuisinière du séminaire. Le séminaire est détruit par les soldats.

Ces quatre martyrs son béatifiés le 2 mai 1909 par le pape Pie X. Aujourd’hui canonisés, les 120 martyrs de Chine sont fêtés le 9 juillet. Paul Chen est le premier enfant chinois à devenir séminariste, martyr et saint. Il est béatifié en 1909. Ses reliques sont amenées à Paris et déposées en la cathédrale Notre-Dame en 1920. Il est canonisé par le pape Jean-Paul II en 2000.

 

L’après midi les enfants à Saint Jean de Bassel ont découvert la vie de Jean Martin Moyë, les enfants de Vrémy avec le Père Athanase ont découvert les enfants du Togo.

dav

dav

Il est toujours important de repartir avec un petit souvenir de ces rencontres. Pour les uns la fabrication du dé missionnaire qui nous invite chaque jour à servir, partager, aimer, pardonner, transmettre la Parole de Jésus, prier les uns et les autres et les uns avec les autres ; et pour les enfants de Vrémy, fabrication d’une Croix Missionnaire qui les invités à réfléchir sur les mots célébrer, prier, croire, servir.

Ces deux journées se sont terminées par une eucharistie et un goûter partagé dans la joie et l’amitié.