« Requiem de Maurice Duruflé » à la cathédrale Saint-Étienne de Metz

Ce samedi 15 juin 2019, la Maîtrise de la cathédrale de Metz, celle de Dijon et l’orchestre philharmonique de Thionville ont donné le Requiem de Maurice Duruflé à la cathédrale Saint-Étienne de Metz, une oeuvre vocale magistrale inspirée par les thèmes grégoriens.

Déjà la veille, les mêmes interprètes ont donné ce Requiem à Thionville avec grand orchestre. Même succès ce samedi soir dans la cathédrale de Metz, grand vaisseau accueillant et magnifique à la lumière des derniers rayons de soleil du soir.

La messe des morts de Maurice Duruflé fut composé en 1947 pour chœur mixte avec des solistes mezzo-soprano et baryton. Il existe en trois orchestrations : la première, chronologiquement, étant écrite pour grand orchestre, la seconde pour orgue. A Metz et Thionville, ce fut cette orchestration que le public pu profiter.

Ce dimanche 16 juin, c’est la version avec grand orgue qui sera donné à Nancy avec l’organiste Frédéric Mayeur.

Cette oeuvre religieuse reprend de nombreux thèmes de la messe grégorienne pour les morts, ce qui n’est pas sans intérêt pour les chanteurs mosellans, puisque le chant messin est souvent travaillé par la Maîtrise. L’œuvre comporte neuf mouvements sans inclure toutefois le texte du Dies iræ, pourtant une partie des plus connues de la messe de requiem. À la place, Duruflé a choisi les textes plus calmes et plus méditatifs du requiem.

En ouverture, les chanteurs seuls ont donné, sous la direction d’Etienne Meyer, les 4 pièces grégoriennes originales, qui servent de base à la composition de Duruflé. Puis ce fut le Requiem sous la direction de Willy Fontanel. Et en guise de bis, l’ensemble a interprété le Cantique de Jean Racine de Gabriel Fauré, sous la direction de Christophe Bergossi.

Quelques images du concert à la cathédrale de Metz (M. Taillebois)