Message de Pâques de Mgr Lagleize

Message de Pâques de Mgr Jean-Christophe Lagleize, évêque de Metz

Jésus lui dit : « Marie ! » (Jn 20,18)

Marie-Madeleine est désespérée d’une part par la mort de Jésus et d’autre part par le tombeau vide qu’elle découvre en ce dimanche matin. Qu’est devenu Jésus ? Où est-il ?

Certains fidèles du Christ peuvent être également désespérés par des événements, des prières non exaucées, des attitudes opposées à l’Évangile. Certains peuvent se demander où est Jésus. Et pourtant, Jésus ressuscité vient au-devant de celles et ceux qui le cherchent. Souvent, sous des apparences qui ne permettent pas de le reconnaître au premier regard. Marie-Madeleine pensa que c’était le jardinier. C’est à sa voix qu’elle le reconnut et qu’elle lui dit « Rabbouni ! », ce qui signifie « Maître ! ».

Cette fête de Pâques vient nous rappeler qu’il est urgent que les disciples du Christ se préoccupent en priorité de contempler Jésus. Et comme le rappelle souvent le pape François à la suite de saint François d’Assise, « de contempler Jésus, et Jésus crucifié ». C’est si fort que Jésus ressuscité reste à jamais marqué par les stigmates des clous et du coup de lance.

L’Église ne peut se convertir que si elle contemple Jésus crucifié et ressuscité et non en se contemplant elle-même. Et comme l’Église est le Peuple de Dieu, c’est à chaque membre du Peuple de Dieu de se tourner vers le Christ pour échapper à l’auto-référencement personnel et communautaire. L’Église, docile à l’Esprit Saint, se doit, avec humilité, de se rappeler qu’elle porte une Nouvelle qui la dépasse totalement. Car nous savons que : « Nous portons ce trésor spirituel en nous comme en des vases d’argile pour qu’il soit clair que cette puissance extraordinaire vient de Dieu et non de nous.  Nous sommes accablés de toutes sortes de souffrance, mais non pas écrasés ; inquiets, mais non pas désespérés ; persécutés, mais non abandonnés ; jetés à terre, mais non anéantis. (…) Et ce afin que la Vie de Jésus se manifeste aussi dans notre corps » (2 Co 4-7-11).

C’est parce que Marie-Madeleine a reconnu Jésus ressuscité qu’elle trouve le courage et la joie d’aller annoncer aux apôtres : « J’ai vu le Seigneur ». Ainsi devient-elle l’apôtre des apôtres. Elle devient ainsi comme un modèle pour les témoins de l’Évangile : c’est dans une rencontre personnelle avec Jésus ressuscité que peut jaillir la joie de devenir disciple-missionnaire.