Notre Père

Une prière à partager

Depuis plus de 2000 ans, des hommes, des femmes, des enfants du monde entier se transmettent cette prière et nomment Dieu « Père ». Mais si chacun peut l’appeler ainsi dans une prière personnelle, c’est en frères, en union les uns avec les autres que les chrétiens lui disent « notre » Père.

Lorsque ses disciples lui demandèrent comment prier, Jésus leur dit : « Quand vous priez, dites Notre Père… ». Aujourd’hui encore, les chrétiens prient avec les mots que le Seigneur leur a donnés.

Prier Dieu ainsi, c’est entrer dans une intimité, l’intimité qui unissait Jésus à son Père. Le prier en lui disant « Père », c’est vivre une relation particulière, fondamentale avec Lui pour qui chacun est unique. Dieu est proche, nous pouvons nous adresser à Lui, dialoguer avec Lui. Jésus nous invite à lancer un cri d’amour confiant à Dieu-Père, en réponse à cet Amour infini qu’Il a de tout temps pour l’homme.

Donnée par Jésus, la prière du Notre Père se reçoit, se transmet, se partage de générations en générations comme un trésor inestimable !

Une nouvelle traduction

Le Notre Père est la prière de tous les chrétiens Elle a été donnée par Jésus à ses disciples.

En 1966, pour marquer la communion des Eglises francophones leurs responsables (catholiques, orthodoxes, protestants) ont décidé d’utiliser la même traduction. Ce fut une grande première !

Mais la demande « ne nous soumet pas à la tentation » pouvait laisser penser que c’est Dieu qui nous tente. Or, ceci est impensable dans l’esprit du Nouveau Testament. Saint Jacques écrit : « Dans l’épreuve de la tentation, que personne ne dise : « Ma tentation vient de Dieu. » Dieu, en effet, ne peut être tenté de faire le mal, et lui-même ne tente personne. » (Jc 1,13).

C’est pour éviter ce risque de confusion que tous les chrétiens francophones sont invités par leurs responsables, à partir du 3 décembre 2017, à dire désormais « Ne nous laisse pas entrer en tentation ». Dans cet esprit, ils demandent avec confiance à Dieu-Père de leur donner la force de combattre le Mal qui veut détourner l’homme de sa relation avec Dieu.

Notre Père, en musique

Olivier SCHMITT - Diocèse de Metz

Liturgie

Site national de la catéchèse