Décès du Père Gérard Karm, missionnaire rédemptoriste

Le père Gérard Karm est né à Mulhouse le 1er octobre 1917, il a fait profession de foi religieuse dans la congrégation des rédemptoristes le 8 septembre 1937 et a été ordonné prêtre le 2 août 1943 à Sousceyrac dans le Lot par Monseigneur Paul Chevrier.

Il nous a quitté le 23 janvier 2018 à l’âge de 100 ans. Ses obsèques ont eu lieu dans la chapelle du couvent du Bischenberg le samedi 27 janvier suivies de l’inhumation au cimetière de la communauté.

Une importante délégation de fidèles du sanctuaire du Blauberg accompagnait Mr L’abbé Robert Ledig, recteur et Mr l’abbé Jean-Marie Kauffmann.Une importante délégation de fidèles du sanctuaire du Blauberg accompagnait Mr L’abbé Robert Ledig, recteur et Mr l’abbé Jean-Marie Kauffmann.
Le père Karm a passé 28 ans de sa vie de missionnaire au couvent du Blauberg où il était arrivé en 1988 et d’où il est parti en janvier 2016 à l’âge de 99ans, d’abord pendant quelques semaines au couvent du Bischenberg pour  rejoindre ensuite l’EHPAD Saint Antoine d’Issenheim où il est décédé.

Un infatigable Missionnaire

Comme le disait le père Alphonse Peter lors de la cérémonie d’A-DIEU : « Le père Karm a accompli sa mission avec enthousiasme, il était encore un de ces missionnaires plein de l’Esprit de Dieu, et cet esprit, il ne pouvait pas ne pas le partager avec ceux vers lesquels il a été envoyé et avec ses confrères en communauté « .Le père Karm a animé le sanctuaire du Blauberg de longues années avec sa disponibilité et sa gentillesse exemplaires, il était toujours souriant.Durant de longues années de missionnariat, le père Gérard a prêché près de 300 missions en France et en Allemagne. De 1978 à 1988 il a été chapelain des pèlerins germanophones au Sanctuaire de Lourdes.Avec ses talents d’interprète, il a traduit un nombre impressionnant de chants religieux de l’auteur-compositeur Spiritain Lucien Deiss et d’autres auteurs, en Allemand.  Ces chants sont encore toujours chantés par les pèlerins germanophones à Lourdes et figurent dans les recueils de chants.

Un Témoin communicatif

« Ceux qui l’ont rencontré peuvent témoigner de la joie qui l’habitait » disait encore le père Peter avant de poursuivre «  Il avait un cœur débordant de la richesse communicative qu’il partageait avec son Maître. Oui, il était habité par la parole de Dieu qu’il aimait méditer et scruter pour mieux la comprendre. Cette parole qui a engendré en lui, à travers les questionnements inhérents à toute recherche, une ligne de vie solide. Il avait cette foi en Dieu qui seul peut donner la vie, la vraie vie. »
Merci Père Karm pour tout ce que vous nous avez apporté, Reposez maintenant auprès de celui que vous avez servi pendant près de 80 ans.

Jean-Claude Kaas