Veillée pascale à la cathédrale

veille-pascale-2016_A

Dans la nuit de Pâques, une foule nombreuse s’est rassemblée à la cathédrale Saint-Etienne de Metz pour vivre la veillée pascale et entourer les deux catéchumènes dans leur démarche d’entrée dans le peuple des baptisés. Mgr Jean-Christophe Lagleize a présidé la vigile pascale, en présence des chanoines, du recteur du grand séminaire et des prêtres des paroisses du centre-ville de Metz.

La liturgie s’est ouverte autour du feu nouveau au fond de la cathédrale, à partir duquel l’évêque a allumé le Cierge pascal, que toute l’assemblée a suivi dans le silence… jusqu’au chant de l’Exultet interprété par le père Patrick Muller.

Ce fut ensuite le temps des lectures, conclut par l’homélie de Mgr Lagleize, dont voici l’essentiel du propos :

veille-pascale-2016_B« Voici le juste, agneau pascal exigé par le Seigneur. Haut, sur le tronc de la croix, il a été roti avec le plus fervent amour, son sang marque notre porte, la foi tient la mort en échec, le bourreau ne peut plus rien contre nous. Aussi célébrons-nous la grande fête dans l’allégresse du cœur. Il est lui-même le soleil qui illumine de sa grâce notre cœur. La nuit du péché s’est évanouie, alleluia ». Ceci est extrait d’une cantate de Jean-Sébastien Bach pour la fête de Pâques. Elle nous invite à méditer sur le sens profond de cette fête de la résurrection.

Pour la première fois de l’histoire de l’humanité, la mort n’a plus le dernier mot et ne l’aura jamais plus. Dieu le Père relève par amour son Fils de la mort. Par Jésus ressuscité, voici toute l’humanité également entrainée dans cette vie qui n’aura plus de fin. Jésus, dans sa résurrection devient ce soleil qui illumine de sa grâce notre cœur. Dans les textes de cette nuit, il est question d’illumination, de lumière, de soleil, d’aurore.

Chers catéchumènes, (voilà qu’il en manque une, car elle est sur le point d’accoucher à la maternité…) votre cœur est prêt à recevoir cette illumination de grâce, de cadeau, de don. Les cierges que nous portions en entrant dans cette cathédrale ne sont que le pâle reflet de ce soleil du Christ ressuscité. Quand le Saint-Chrême brillera dans quelques instants sur vos fronts, son rayonnement reflètera ce soleil intérieur qu’est le Christ ressuscité qui habite au plus profond de votre cœur.

Frères et sœurs, par-delà notre péché, par-delà les horreurs dont le monde est l’objet, malgré le mal qui rôde et qui rugit, la victoire de Jésus crucifié est acquise. Sur le mal et le péché, déjà le soleil du ressuscité éclaire les ténèbres de ce monde. Par le baptême et la confirmation, nous sommes établis comme des sentinelles, des veilleurs en ce monde,. Par l’eucharistie, nous recevons la nourriture pour tenir dans notre mission de guetteur, comme les femmes, comme Pierre et Jean, dès l’aurore du jour de Pâques.

Oui, mes amis, il n’est qu’un matin et qu’une aurore où le soleil a brillé totalement, car comme le dit Blanche dans le dialogue des Carmélites de Bernanos : « Je meurs chaque nuit, pour ressusciter chaque matin ». C’est qu’il n’y a jamais eu qu’un seul matin, celui de Pâques. Amen.

veille-pascale-2016_C

Deux catéchumènes ont ensuite été baptisés, ont reçu l’Esprit-Saint dans le sacrement de la confirmation, avant de vivre leur première communion, tandis que les liturgies baptismale et eucharistique se passaient.

A la fin de la veillée, les différentes paroisses sont venus recevoir un cierge pascal des mains de l’évêque. Celui-ci sera disposé dans les différentes communautés tout au long du temps pascal ou pour certaines liturgies particulières.

veille-pascale-2016_D