Le pape François reçoit l’institut du Prado

Les plus pauvres « ont besoin de Dieu, et le manque d’attention spirituelle à leur égard constitue la pire discrimination ». C’est ce qu’a affirmé le pape François à une trentaine de membres de l’Institut Séculier du Prado qu’il a reçus ce 7 avril 2018 au Vatican. Parmi la délégation, Maïté Lenhard, laïque consacrée originaire du diocèse de Metz.

Fondé en France, à Lyon, par le bienheureux Antoine Chevrier, en 1856, Le Prado est un institut de prêtres diocésains et de laïcs consacrés vivant d’une « grâce d’union intime à Jésus-Christ » qui les rend particulièrement attentifs aux gens les plus simples des paroisses et de la société. Ils sont aujourd’hui présents dans une cinquantaine de pays.

« Nombreux sont ceux et celles autour de nous qui connaissent la souffrance, les blessures, les détresses et les angoisses de toutes sortes », a souligné le pape dans son discours : des personnes « bien souvent loin de l’Église, ignorant tout de la joie et de la consolation que procure l’Évangile ».

Le pape François a salué « le charisme propre » de l’institut, « un charisme qui me touche personnellement et qui est au cœur du renouveau missionnaire auquel toute l’Église est appelée ». Il a invité « à revenir sans cesse à la figure magnifique (du) fondateur » : « L’expérience spirituelle authentique qu’il a intensément vécue – une immense compassion envers les pauvres, la compréhension et le partage de leurs souffrance, et en même temps une contemplation du dépouillement du Christ qui s’est fait l’un d’eux – a été la source de son ardeur apostolique. Elle sera celle de votre dynamisme missionnaire. »

Lire le discours du pape François