Journée des curés : Réflexion autour du ministère du prêtre et des paroisses

A l’initiative de Mgr Jean-Christophe Lagleize, des rencontres régulières s’organisent désormais entre le Conseil épiscopal et les curés (et les archiprêtres). Ce jeudi 16 novembre, la réflexion proposée portait sur la figure du ministère du prêtre dans un nouveau contexte paroissial. Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, a donné son témoignage.

Malgré le temps maussade, une centaine de curés du diocèse de Metz sont là au rendez-vous proposé par l’évêque. Sous forme de matinée de travail, le presbyterium est invité à travailler avec le Conseil épiscopal. Dans la ligne de la lettre pastorale « Pour une Eglise de disciples-missionnaires » de Mgr Lagleize, et selon son souhait de voir s’amplifier les collaborations au sein des archiprêtrés, l’intervention de Mgr de Metz-Noblat a permis de réfléchir à la nouvelle donne pastorale et à la manière de vivre aujourd’hui la mission de curé.

L’évêque de Langres a insisté dans son témoignage pour ne pas se laisser bercer dans l’image dépassée du curé type 19ème siècle. Aujourd’hui, les réalités pastorales sont différentes, notamment entre les espaces ruraux et les villes. Le ministère du prêtre évolue et doit se centrer sur son coeur de métier, sans rêver de pouvoir tout diriger comme au temps où le curé n’avait qu’un seul clocher. Il doit aussi apprendre à collaborer, à vivre son ministère sous le signe de l’itinérance, comme pasteur de nombreuses communautés qui doivent apprendre à vivre même s’il n’est pas toujours présent.

 

Ces changements de regards, ces conversions sont attendus par certains, redoutés par d’autres. Mais le sentiment dominant est qu’il n’est pas possible de continuer à l’identique. Pour l’abbé Eric Schneider, « il est essentiellement question de fraternité, de collaborations nouvelles à inventer entre ministres, mais aussi avec les laïcs« .

Durant cette journée, Mgr Lagleize a pu resituer cette réflexion dans la continuité du congrès diocésain de février 2017 et du travail du conseil presbytéral sur la figure de l’archiprêtre. Il a donné quelques nouvelles brèves concernant la vie du diocèse et rassuré sur la possibilité, pour les groupes diocésains, de pouvoir se restaurer aux Amis de Saint-Louis. C’est d’ailleurs là que l’assemblée a pu partager un repas avant la dispersion vers les différentes paroisses.