SDEJ: Devenir des animateurs disciples-missionnaires

Samedi 14 octobre 2017 à Boulay, le Service diocésain l’évangélisation des jeunes (SDEJ) a proposé, aux animateurs bénévoles et aux ALP en mission d’animation de jeunes, une journée de ressourcement et de formation autour de la dynamique d’être disciples missionnaires.

En traversant le brouillard matinal, c’est un franc soleil qui accueille tous les participants à cette journée de formation proposée aux animateurs de jeunes. Au menu, être disciple missionnaire avec et pour les jeunes. Pour aider chacun à se situer, les organisateurs ont prévu des temps d’intervention, de méditation, de partage, de prière et de convivialité.

Soeur Dorota accueille les 55 participants, puis c’est un temps de louange et de prière qui ouvre la journée. Céline Claude introduit l’enjeu de la journée : voir comment répondre aux attentes exprimées par notre évêque, Mgr Lagleize, dans sa lettre pastorale, avec deux questions : « où en suis-je dans ma relation personnelle au Christ ? Comment appelons-nous les jeunes à être disciples missionnaires ?« 

En matinée, c’est le frère François Dominique Charles, dominicain et bibliste, qui donne une première intervention sur le thème « la figure du disciple dans les évangiles ». A partir de différents textes extraits des évangiles synoptiques puis dans saint Jean, le dominicain trace quelques caractéristiques du disciple : il est celui qui se met à l’écoute du maître, qui se met à sa suite, en vivant avec lui, afin de devenir comme lui. Donc, devenir maître qui transmet à d’autres disciples l’enseignement reçu. Mais pas un ensemble de connaissances, un enseignement qui est un style de vie fraternel dans la charité : « C‘est à l’amour que vous aurez les uns pour les autres qu’on reconnaîtra que vous êtes mes disciples » Jean 13. Mais le Christ ne fait que réunir des disciples autour de lui. Il les envoie comme le rapporte la finale de saint Matthieu : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples » Matthieu 28, qui renvoie aussi à l’ouverture des Actes : « Vous serez mes témoins jusqu’aux extrémités de la terre ». Chez Luc, c’est par le travail de l’Esprit-Saint que le disciple devient témoin et peut poursuivre cette chaîne de transmission de la Bonne Nouvelle.

Les participants ont pu prendre un temps de réflexion personnelle, avant un temps de partage en petits groupes. Après le déjeuner, l’abbé Léonard Katchekpélé a proposer une seconde intervention autour de la manière d’aider les jeunes à être disciples missionnaires. Pour lui, il ne s’agit pas tant de transmettre des connaissances ou des dogmes aux plus jeunes, mais d’abord de témoigner par sa propre vie de foi de son itinéraire et de sa manière d’essayer d’être soi-même comme animateur un disciple missionnaire. Chacun reçoit comme disciple ce que Dieu lui donne, et avant de le transmettre. Or, c’est dans l’expérience de vie et notamment après un travail de relecture personnelle de son propre chemin de foi que l’on peut donner un témoignage crédible qui s’incarne dans notre propre itinéraire de croyant.

Le service diocésain a donné quelques rendez-vous qui vont jalonner le programme d’année : le BAFA et le camp à Taizé fin octobre, la journée diocésaine des jeunes autour de l’évêque le 18 novembre, le rassemblement de Taizé en fin d’année à Bâle, le pèlerinage des 3ème et lycéens du 22 au 28 avril 2018 à Lourdes, la Frat’day le mardi 8 mai 2018. Enfin, la journée s’est achevée par la messe présidée par l’abbé Jean-Christophe Meyer, vicaire général.