Messe d’action de grâce avec les bénédictines d’Oriocourt

Ce samedi 7 octobre 2017, après 157 ans de présence, les Bénédictines d’Oriocourt ont célébré une messe d’action de grâce et d’adieux, entourées de nombreux amis, religieuses, prêtres, diacres et évêques. Un passage marqué par l’espérance.

La petite route qui permet d’accéder au village d’Oriocourt, généralement déserte, est encombré ce matin de voitures des deux côtés sur une longue distance.La foule est au rendez-vous ! En effet, les chrétiens du Saulnois, la famille diocésaine de Metz, et plus largement, sont bien présents pour entourer la communauté des soeurs bénédictines d’Oriocourt, en ce jour où elles célèbrent une ultime messe d’action de grâce et d’adieux. Les religieuses vont rejoindre différentes communautés (Faremoutier, Saint-Thierry), principalement le monastère d’Hurtebise St Hubert en Belgique.

157 ans de présence, cela compte. Et beaucoup ont trouvé auprès des religieuses un bel accueil, une oasis de prière, un lieu possible pour des temps de formation. Comme le dit l’abbé Patrick Bence, vicaire épiscopal et voisin de l’abbaye : « On pouvait toujours venir à l’abbaye, on savait que les soeurs priaient pour nous et notre ministère. Le Saulnois a le coeur gros en ce jour.« 

Pour l’occasion, de nombreuses religieuses et quelques moines ont fait le déplacement. Mgr Raffin, évêque émérite de Metz, et Mgr Joseph de Metz-Noblat, évêque de Langres, originaire du diocèse de Verdun entourent Mgr Jean-Christophe Lagleize. Dans son homélie, ce dernier remercie au nom de tous les diocésains les bénédictines pour l’accueil et la prière qu’elles ont assuré tout au long de ces années : « Votre prière, votre intercession, votre présence discrète et aimante, votre hospitalité ne sont pas vaines. Elles porteront du fruit pour vous et pour nous d’une manière que seul le Seigneur connaît et mènera. Pour un disciple du Christ, un départ n’est jamais pour cultiver la nostalgie, mais pour s’aventurer là où l’Esprit de Dieu veut le conduire. Les liens de la foi et du cœur sont plus importants que les activités et les bâtiments. A Hurtebise, vous aurez mission d’intercéder pour l’Europe, pour la paix dans ce continent et dans le monde. Merci de votre prière. »

A l’issue de la messe, le maire d’Oriocourt a salué et remercié avec humour les soeurs pour leur présence et pour les liens tissés avec toute la population. Mère Jean-Baptiste a elle aussi adressé des remerciements à tous, présents ou en communion. Elle a lancé un appel à la responsabilité baptismale de tous les chrétiens du Saulnois, et plus particulièrement aux jeunes :  » Merci à vous les jeunes, qui êtes là ce matin et qui aimez l’abbaye. C’est à vous qu’il revient maintenant de poursuivre sur cette terre du Saulnois ce qui a été semé, pour que cet espace ne demeure pas désert mais porte du fruit. Vous n’êtes pas seuls pour cette immense tâche. Le Christ est là. Avec l’aide des prêtres et des laïcs qui servent l’Eglise, suivez le Christ, vous serez heureux, et avec Marie, vous pourrez dire Le Seigneur fit pour moi des merveilles ».

Les soeurs quittent leur maison, mais celle-ci est reprise par un jeune couple chrétien. Claire et Etienne Guillaume, jeunes agriculteurs, ont projet de reprendre l’activité de production d’œufs bio, et ultérieurement de voir comment garder une dimension d’accueil en lien avec l’esprit bénédictin. Oriocourt demeurera un lieu habité d’un esprit d’hospitalité.

C’est dans cette joie mêlée d’émotion que tous se sont rassemblés pour le verre de l’amitié, sous un beau soleil dans le jardin de l’abbaye.