Les mouvements et associations de fidèles réunis autour du témoignage

IMG_0947 - CopieUne petite centaine de responsables de mouvements et associations de fidèles du diocèse de Metz s’est retrouvée à l’institution de la Salle de Metz pour une journée diocésaine autour du thème « Témoigner, une nécessité vitale ». Jean-Guilhem Xerri, auteur du livre « A quoi sert un chrétien ? » est intervenu pour stimuler la réflexion et une action commune au sein du diocèse et dans la vie de chacun.

Après un temps d’accueil par Christine Martin et de prière, les participants ont pu écouter à trois reprises Jean-Guilhem Xerri, exposant sa réflexion sur la situation du christianisme aujourd’hui: « Nous ne vivons pas la fin du christianisme, mais la fin d’un christianisme. Ceci est une chance, car nous avons a témoigner aujourd’hui de l’essentiel de la foi : le Christ ressuscité« . Et pour être témoin, il faut être ambassadeur de la rencontre entre nos contemporains et le Christ (cf. la conférence du vendredi 17 mars).

IMG_0956 - Copie

Par petits groupes, après chaque intervention, les participants des différents membres des familles apostoliques se sont retrouvés pour un temps d’appropriation et de partage.

IMG_0972

Dans l’après-midi, un temps de réactions-questions fut proposé avec l’intervenant et avec Mgr Jean-Christophe Lagleize. Ce dernier a partagé le constat de la difficulté d’un dialogue paroisses-mouvements. Il a surtout invité les mouvements à se convertir aux nouvelles réalités du monde d’aujourd’hui, en tenant compte des modes de vie, afin d’adapter les propositions. Il a souligné les différences de culture entre les générations qui pensent l’Eglise sous le mode du quadrillage territorial et dans l’engagement militant, et celles qui vivent l’Eglise dans un mode du temps fort et de la migration. « Il faut que notre Eglise accepte de se laisser approcher et ne pas vouloir, à tous prix, capter les gens. Nous devons témoigner, dans notre proximité, de la joie que nous trouvons dans notre pratique de mouvement. »

.IMG_0991

Dans le temps du débat final, il fut question de la joie, comme un fruit spirituel et non comme un sentiment ou une humeur. Nous sommes témoins du ressuscité. Il faut résister intérieurement aujourd’hui à la tentation de la violence et à la tristesse, pour ne pas laisser s’éteindre les fruits de l’Esprit, notamment dans un contexte sociétal difficile.

Christine Martin, après avoir remercié, a encouragé les mouvements à continuer à se retrouver pour collaborer sans attendre une rencontre diocésaine. A l’issue du temps de prière final, Mgr Lagleize a encouragé chacun à être des évangélisateurs, c’est-à-dire des porteurs de la Bonne Nouvelle dans toute notre département: « Durant toute cette journée, une phrase de l’évangile m’habite : Je suis venu apporté un feu sur la terre. C’est la Parole du Père, c’est l’Esprit Saint qui ouvre le cœur de chacun. Nous sommes appelés à la conversion, personnelle et communautaire, la conversion de nos mouvements. Où le Christ veut-il nous conduire pour nous permettre de découvrir le Père ? Dans notre conversion à vivre, il y a cette disponibilité d’accueil des nouveaux frères que le Père nous envoie. Nous avons reçu une prescription spirituelle, qui nous renvoie à la source de tout apostolat: le Christ. La moitié des mouvements est né avant le Concile Vatican II, l’autre est né après. Tout baptisé est invité à se donner les moyens pour vivre son apostolat. Allez, je vous envoie en mission. Cet envoi doit être notre joie. Vivons dans cette espérance qui ne déçoit pas « .