Messe de la saint Luc, patron des médecins

messe-soignants_02A l’occasion de la fête de saint Luc, évangéliste et médecin, la pastorale de la santé et du handicap a proposé en plusieurs lieux du diocèse une messe ou un temps de prière en commun avec les soignants. Mgr Jean-Christophe Lagleize a présidé une messe en l’église de la Grange-aux-Bois, à quelques pas des deux grands hôpitaux du territoire de Metz.

Une petite assemblée s’est réunie dans l’église de la Grange aux bois, accueillie par le père Gilles Fund, le curé et l’abbé Jean-Paul, fraichement arrivé du Burkina-Faso. De nombreux membres de l’aumônerie des hôpitaux et cliniques étaient là aussi pour vivre cette première messe de la saint Luc. Dans son homélie, Mgr Lagleize a dit : « Etre soignant, c’est accueillir l’autre dans sa fragilité, c’est faire preuve d’attention et de miséricorde« . Car il y a peu de lieu où l’homme se met à nu, et place sa confiance dans un autre, espérant un soin, une guérison, un accompagnement. Voilà l’un des enjeux du monde médical face au patient. Cela exige de l’humilité de part et d’autre, un grand respect de la personne, un compagnonnage. Luc, qui prit soin des corps et qui fut l’un des témoins de l’espérance apportée par le Christ est un bon exemple pour toute personne qui a mission de soigner ou de visiter des personnes malades. C’est donc dans cet esprit de dialogue, d’humilité, d’espérance que cette fête fut placée.

messe-soignants_03

Mgr Lagleize évoqua aussi l’importance du dialogue à vivre entre les professionnels soumis à des questions nouvelles, des contraintes de résultats, des logiques économiques et techniques et l’Eglise en charge d’annoncer une Bonne Nouvelle et d’accompagner toutes les personnes fragiles. Le dialogue est utile pour comprendre les progrès techniques et pouvoir travailller à un discernement éthique, conforme à la défense de la dignité de la personne humaine, du début à la fin de sa vie. L’évêque a mis le doigt sur le risque d’avoir un regard purement technique et de poser des gestes mécaniques sans toujours prendre conscience de la répercussion sur la personne humaine.

D’autres célébrations ont été organisées en différents autres lieux dont Manom.