Messe à la grotte et passage de la Porte sainte : une journée riche en miséricorde

lourdes-passage-porte-sainteAu cours de cette première journée à Lourdes, les 740 pèlerins Mosellans ont participé à l’eucharistie à la grotte le matin et franchi la Porte Sainte du Sanctuaire dans l’après-midi. Cette porte, qui présente la particularité d’être à ciel ouvert et de rappeler plusieurs versets et passages bibliques où la miséricorde de Dieu se révèle, permet à tous de vivre pleinement une démarche jubilaire, sous le regard bienveillant de Marie.

Une démarche de foi et d’espérance

Tout le groupe de pèlerins Mosellans a franchi la Porte sainte du sanctuaire de Lourdes au même moment. Cette démarche, à la fois individuelle et communautaire, a permis à chacun de toucher du doigt la miséricorde que Dieu est prêt à offrir à chacun, du moment que nous y consentons.

Passer le seuil de la porte, c’est accomplir un geste de foi, d’amour et d’espérance. C’est compter sur la miséricorde de Dieu et témoigner qu’elle compte pour nous. Comme l’a souligné le Pape François dans la bulle d’induction Misericordiae Vultus, c’est « une Porte de la Miséricorde, où quiconque entrera pourra faire l’expérience de l’amour de Dieu qui console, pardonne, et donne l’espérance », n°3.

Un lieu symbolique

Dans la vie quotidienne, une porte a plusieurs fonctions, toutes reprises par le symbole de la Porte sainte : elle marque la séparation entre l’intérieur et l’extérieur, entre le péché et l’ordre de la grâce. Elle permet aussi d’entrer dans un nouveau lieu, dans la révélation de la Miséricorde et non de la condamnation. Elle assure enfin une protection, elle donne le salut.

Jésus a dit : « Moi, je suis la porte » (Jean 10, 7). Il est Celui qui ouvre toute grande l’entrée dans la vie de communion avec Dieu. Par la croix, Il est Celui qui ouvre et réalise le chemin du salut et offre, par elle, la vie en plénitude aux hommes.

Une tradition qui se transmet… et se modifie

La tradition d’ouvrir une porte sainte à l’occasion d’un jubilé remonte au XVe siècle : ce serait le Pape Martin V qui, en 1423, ouvrit pour la première fois dans l’histoire la Porte sainte de la basilique Saint-Jean de Latran. Ses successeurs, en particulier le Pape Alexandre VI en 1499, maintinrent cette tradition et l’étendirent aux quatre basiliques majeures de Rome.

Pour l’année jubilaire de la miséricorde, qui va jusqu’au 20 novembre 2016, le Pape François a demandé, pour la première fois dans l’histoire de l’Eglise, que chaque diocèse ouvre une ou plusieurs Portes saintes, afin de permettre à tous de vivre cette démarche de conversion et de renouveau spirituel.

Passage porte sainte - pélérinage diocésain 20116 à Lourdes