Profession perpétuelle de sœur Liliane : « suivre le Christ Serviteur »

DSC_0093Sœur Liliane Kisapa a fait sa profession perpétuelle en l’abbatiale de Saint-Avold ce 3 juillet 2016. Cette Servante du Sacré-Cœur de Jésus est originaire du Congo et y était enseignante, avant de devenir religieuse. Témoignage de la nouvelle professe.

Mon parcours

Née dans une famille catholique, ma mère m’a montré tôt le chemin de l’église, pour la messe et la prière. A l’âge de 12 ans, lors d’une adoration du Jeudi saint, au moment où maman me donnait quelques explications à propos de la célébration, j’ai vécu en moi un moment formidable devant le Saint-Sacrement. Ce moment, je ne saurais pas l’expliquer. Comme disait notre fondateur le Père Victor Braun : « sans l’eucharistie, Jésus-Christ – Soleil des esprits et joie des cœurs -, ne serait qu’un souvenir, une mémoire du passé, une espérance de l’avenir. Dans l’Eucharistie, Il est là, Lui, Le Dieu-Sauveur, Le Dieu-Ami ».

Quelques temps après, j’ai rejoins un groupe de jeunes qui était accompagné par une religieuse pour approfondir leur foi, apprendre à prier et en même temps discerner leur vocation. Plus on grandit, plus les désirs trouvent leur juste place grâce aux différentes personnes que le Seigneur met sur notre route. De fait, je me suis laissée guider. Ayant passée le bac, ma décision était déjà prise de servir le Christ comme religieuse.

Pour répondre au vif désir que le Seigneur met en notre cœur, nous partons souvent d’une parole ou d’un événement. Pour ma part, ce sont les mots de Jésus cités par l’évangéliste Saint Luc (Lc 10, 2) qui m’ont habitée : « la moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux ». Cette moisson abondante, le Père Victor Braun, poussé par l’Esprit, la découvre chez les jeunes, les familles en difficulté, les orphelins, les malades… Qui prendra soin d’eux ? Ainsi naissent les Servantes, ouvrières de cette moisson selon le cœur doux et humble de Jésus. De là, j’ai découvert la consonance avec les aspirations profondes de mon cœur. Et je me suis fait Servante. De jour en jour, dans la prière, je découvre avec joie la justesse de mon choix.

Ce qui compte pour moi

Ce qui compte pour moi, c’est de sentir que Dieu m’a appelée, choisie, accueillie telle que je suis et qu’Il me confie une mission. C’est important pour tout chrétien de s’efforcer d’être le visage du Christ miséricordieux et signe de son amour auprès de chaque personne rencontrée. Etant religieuse, c’est ma première préoccupation et plus j’avance, plus j’y trouve mon épanouissement.

Mon quotidien

Comme Servante du Sacré-Cœur de Jésus, nous vivons en communauté fraternelle, réunies autour du Christ Doux et Humble de cœur, avec nos différences de culture, de goût, de caractère… Notre objectif est de contempler et célébrer l’Amour gratuit de Sauveur, suivre le Christ serviteur, participer à sa mission rédemptrice et témoigner de la miséricorde du Seigneur par notre présence simple et cordiale, afin de vivre en amitié avec les plus démunis, révéler à chacun sa propre dignité et répondre aux appels du temps dans une joyeuse disponibilité.

Ma journée commence par la prière qui est le centre de notre vie. Notre congrégation est apostolique, mais tout ce que nous faisons trouve sa source dans la contemplation. Et, comme nous sommes des sœurs « servantes » ainsi que notre nom l’indique, après la prière, j’ai quelques petits services à rendre à l’intérieur de la communauté. Mais je suis surtout envoyée, à l’extérieur, vers les autres : j’assure la catéchèse aux enfants qui se préparent à la première communion, l’enseignement religieux à l’école primaire, la visite aux personnes hospitalisées, le Service Evangélique des Malades à domicile…

Les vœux perpétuels : un engagement mûrement réfléchi et prié

L’engagement que j’ai pris le 3 juillet à Saint-Avold a été mûrement réfléchi et prié. Après un temps de formation dans la Congrégation des Sœurs Servantes du Sacré-Cœur de Jésus, j’ai d’abord prononcé des vœux temporaires que j’ai renouvelé chaque année pendant cinq ans. Maintenant, je suis sûre que je ne me suis pas trompée de voie et je souhaite exprimer la radicalité de ma foi dans un don total de tout mon être et pour toujours. Par le célibat consacré, je veux être au service de tous ; par la pauvreté évangélique, je veux refuser le superflu et partager le peu que je possède ; par l’obéissance, je veux unir ma volonté à celle des autres en vue du bien commun.

DSC_0031

DSC_0076

DSC_0083

DSC_0106

DSC_0112

DSC_0121

DSC_0136

DSC_0156

DSC_0195